Les mesures prises par Panda ont été vérifiées à plusieurs reprises, avec les différents prototypes et différents modes de vérification, de techniques rapides d’analyse statique à des études poussées utilisant des caméras optoélectroniques. Cet article évoque les résultats de comparaison de mesures entre Panda PRO et une mesure de goniométrie, puis la mesure d’un appareil d’isocinétisme.

Dans un premier temps, nous avons comparé nos mesures à des mesures en statique, prises avec un goniomètre. Nous avons obtenu des résultats très encourageants, nous sommes précis au degré près dans ces conditions-là, en statique et sur un banc d’essai.

En conditions réelles, la mesure au goniomètre est précise à 10° près, principalement à cause de la difficulté à positionner le goniomètre précisément sur la jambe du patient. Panda permet au contraire de lire ces angles sans ce biais puisque la genouillère est sur la jambe du patient, à même la peau et donc automatiquement au bon endroit.

 

Nous avons ensuite comparé nos mesures de flexion/extension à celles d’un appareil d’isocinétisme grâce à l’aide du Dr Chorin et du CHU de Nice. Cet appareil certifié nous a permis de comparer nos mesures en dynamique, pendant le mouvement d’extension du genou.

L’appareil d’isocinétisme a un biais important : il ne prend pas en compte l’inclinaison de la cuisse, mais uniquement l’orientation de la jambe par rapport au sol. Or la cuisse bouge de plus de 15° pendant le mouvement. En effet lorsque l’on force assis en extension, le poids de corps se porte plus sur l’avant et la cuisse penche naturellement plus vers le bas, alors que lorsque l’on force en flexion, le poids est naturellement mis sur la fesse et la cuisse se relève.

Panda prend naturellement cela en compte. Nous calculons l’angle de flexion/extension par le calcul simple : orientation de la jambe – orientation de la cuisse.

Pour pouvoir comparer les mesures de l’appareil d’isocinétisme à celles de Panda, nous avons donc fixé l’angle d’orientation de la cuisse, pour donner uniquement l’orientation de la jambe et pouvoir comparer nos mesures à celles de l’appareil d’isocinétisme.

Les résultats sont donnés dans le graphe ci-dessous.

 

 

Figure 2 : Mesures de l’angle d’orientation de la jambe par Panda (courbe bleue) comparée aux mesures par l’appareil d’isocinétisme (courbe orange). Les mesures de Panda ici sont montrées sans prendre en compte l’effet de mouvement de la cuisse décrit plus haut.

 

Les mesures réelles de Panda pendant cet exercice sont données ci-dessous.

 

 Figure 3 : Mesures réelles de Panda, en prenant en compte l’effet de mouvement de la cuisse, calculé comme suit : Angle de flexion réel = angle d’orientation de la jambe – angle d’orientation de la cuisse.

 

On remarque que l’angle en extension est bien plus faible (autour de 5° contre 20° mesurés par l’appareil d’isocinétisme), tout comme l’angle en flexion complète (autour de 80° contre 110° mesurés par l’appareil d’isocinétisme).

 

Comme on peut le constater sur la figure 2, les résultats obtenus sont très prometteurs : alors que le filtrage effectué sur l’appareil d’isocinétisme est inconnu, nous obtenons des courbes de la même allure, avec une variance moyenne tout au long du mouvement de 4°.

 

En conditions réelles, l’appareil d’isocinétisme a un biais important du au mouvement de la cuisse décrit plus haut. Panda corrige cela parfaitement, pour donner la mesure de l’angle de flexion/extension réel et non pas uniquement l’angle d’orientation de la jambe du patient par rapport au sol.